Apéro|projets juin 2018 : le programme

Chaque premier jeudi du mois à 19h, l’apéro|projets est un temps convivial autour d’un verre dédié à la découverte de ce qui se trame au fablab !

# Visio-conférence avec le Fablab italien de Sestu
Il pourrait se passer quelque chose lors de l’apéro|projets du jeudi du 7 juin. Peut-être en lien avec des projets montés dans un fablab italien. Il faudra venir pour le voir !
#projets #Italie #surprise

# The Rushmore Tree par Geoffroy
Geoffroy présentera son œuvre (monumentale) créée pour le festival de la fête de la vache. Souhaitant redonner toute son importance aux animaux, qu’ils soient domestiques ou sauvages. Ils sont représentés sous forme d’icônes gravÉES DANS LA ROCHE ! (pardon) à l’instar du Rushmore. La sculpture a été réalisée en carton en utilisant la découpe laser.
#vaches #Rushmore #découpelaser

# Tablets Patchwork par Yann, Didier et Jean-Pierre
L’idée de départ du projet Tablets Patchwork était de réutiliser une dizaine de tablettes chinoises de récupération pour afficher des photos en diaporama à l’entrée du fablab. Yann, Didier et Jean-Pierre se sont donné comme objectif de mettre en place la plateforme matérielle avec un software minimal mais fonctionnel pour cette première phase du projet. Tablets Patchwork pourra donner lieu à un deuxième projet collectif pour trouver des idées d’applications
#tablettes #récup’ #photos

# Le fablab : un vecteur de développement durable ?
Régis est un adhérent qui est récemment retourné sur les bancs de l’université pour suivre la formation DU “Développement Durable Appliqué”. L’apéro|projet de juin sera l’occasion pour lui de nous présenter le sujet de son mémoire, “Fablab: vecteur de développement durable?” qu’il a soutenu en mars dernier.
#université #développementdurable #présentation

 

Apéro|projets mai 2018 : le programme

Chaque premier jeudi du mois à 19h, l’apéro|projets est un temps convivial autour d’un verre dédié à la découverte de ce qui se trame au fablab !

# Le festival L’Ère de Rien par Camille
Le Festival L’Ère de Rien est un festival de Musiques Indépendantes et Découvertes Graphiques qui se tient tous les ans à Rezé près de Nantes. Les bénévoles du festival sont venus à Plateforme C réaliser des installations scénographiques et signalétiques ainsi que des goodies “fait maison” au caractère unique !
#signaletique #goodies #découpelaser

# Les secrets de la brodeuse numérique par Alice
Depuis septembre 2017, une nouvelle machine a fait son apparition au fablab : la brodeuse numérique ! Alice, en service civique à PiNG, anime depuis quelques mois un projet collectif sur cette machine pour faire des tests et explorer ses (multiples!) possibilités. L’apéro|projets sera l’occasion d’en apprendre plus sur ce nouveau joujou et de vous montrer les différentes créations qui en sont sorties.
#brodeuse #projetcollectif #tests #echantillon

# Makermesse par Davide & Thierry
Le collectif Makermesse rassemble des parents d’élèves qui souhaitent re-dynamiser la traditionnelle kermesse de l’école de leurs enfants. Comment ? En construisant des jeux ! L’année dernière, le collectif a notamment réalisé un jeu de labyrinthe construit avec des matériaux de récupération. Un exemple parfait pour démontrer que l’on ne fait pas que des projets numériques dans les fablabs !
Venez découvrir les nouveaux jeux prévus pour cette année, et rejoignez l’équipe pour relever les nouveaux défis qui les attendent !
#jeu #lowtech #bois

Apéro|projets avril 2018 : le programme

Chaque premier jeudi du mois à 19h, l’apéro|projets est un temps convivial autour d’un verre dédié à la découverte de ce qui se trame au fablab !

# Cube & co par l’École de Design
On commence par une histoire de cubes ! 30 étudiants de l’École de Design Nantes Atlantique ont participé à un workshop d’une semaine à Plateforme C. Leur objectif ? Concevoir et fabriquer un cube avec lequel il est possible d’interagir via différents capteurs mais également à travers le web.
Les quatre cubes réalisés durant le workshop vous seront présentés :
– le Cub-i : un cube-jeu qui propose des mini-jeux et des mini-quizz pour boire (des smoothies) avec convivialité
– le Kubochi : un robot-cube qui a énormément besoin de câlins
– le cube de l’au-delà pour communiquer avec les plus fameux locataires du paradis (Jésus ou Johnny par exemple)
– Run, un cube qui permet de modifier une vidéo de manière tangible
#école #design #cubes #interactivité

# Le Sylent-oud par Sylvain
Créé par Sylvain BD, le sylent-oud est un instrument de musique électrique de voyage fabriqué à Nantes. Inspiré du monde de la guitare, il est conçu pour les joueurs de oud (luth méditerranéen) qui souhaitent voyager léger. Préparez vos oreilles, le oud débarque à Plateforme C !
#musique #oud #voyage

# L’association BISS (Bolivia inti – Sud Soleil)
Ailleurs dans le monde, et majoritairement en Afrique, Bolivia Inti – Sud Soleil accompagne les porteurs de projet, conduit des missions d’expertise, créée des partenariats dans l’objectif de promouvoir les énergies renouvelables dans les pays en voies de développement … L’association sera présente afin nous présenter ses outils de cuissons écologiques, fabriqués par les artisans locaux et les familles.
#cuisson #local #aide

# Accessoires de jeu à la découpe laser par Denis
Denis est un adhérent de PiNG. Parallèlement à cette délicieuse activité, il joue régulièrement à un jeu de stratégie avec figurines. Rapidement il a commencé à fabriquer des accessoires de jeu et des décors grâce à son usage de la découpe laser : il nous présentera son travail et, peut-être, ses techniques secrètes de création ?
#adhérent #jeux #création

[MAKER À COEUR] Claire, l’artisane relieuse

Nous vous présentons Claire, ancienne développeuse de logiciels qui nous parle de son cheminement vers sa nouvelle activité d’artisane relieuse !

Bonjour Claire, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Claire Masfrand et je me suis lancée dans un projet de reconversion professionnelle suite à mon précédent emploi dans une boite d’édition de logiciels. J’ai commencé ma carrière en tant que développeuse et j’ai évolué dans mon entreprise en allant sur des postes de consultante ou d’avant-vente, donc, avec un un peu plus de rédactionnel. J’ai changé complètement de travail parce que j’avais envie d’un métier plus manuel dans lequel je puisse faire un peu plus ce dont j’avais envie : je me suis donc orientée vers la reliure en 2016.

J’ai suivi un CAP Arts de la Reliure / Dorure au Musée de l’imprimerie à Nantes, un jour par semaine, tout en travaillant. J’ai eu mon diplôme et suit donc artisane relieuse.

Est-ce que c’était le désir de changer de métier ou d’être artisane qui t’a amené à cette reconversion ?

Ce qui m’a vraiment poussé au départ c’était l’envie de faire autre chose. C’est ma manière de fonctionner : dans l’entreprise où j’étais avant j’ai eu trois postes différents en 8 ans et j’avais à peu près fait le tour de ce que l’on pouvait m’y proposer. On change aussi avec l’âge, je suis dans un désir de choses un peu plus lentes et moins dans la rapidité immédiate. Le fait d’avoir un travail manuel c’est permettre un temps de pratique qui amène, forcément, un temps de réflexion. Et également le sens du toucher, avoir le matériau dans les mains, créer et bouger son corps : c’est un désir de ne pas être statique.

Comment est-ce que tu as découvert Plateforme C ?

Je connaissais de nom. Je savais qu’il y avait des fablabs sur l’île de Nantes, et également par le biais de mon époux qui avait participé à Muséomix, événement sur lequel PiNG était présent. J’ai donc découvert Plateforme C comme ça. Je me suis vraiment renseigné au moment où j’ai voulu commencer à créer avec une découpe laser : où est-ce que je peux en trouver une ? Est-ce que je peux l’acheter ? Et, finalement, ce n’était pas valable niveau coût vis à vis de l’usage que j’en ai soit beaucoup de prototypage et pas un désir de faire de la série de masse. De ce fait, l’abonnement à Plateforme C me convient bien !

Est-ce que tu te souviens de la première fois où tu es venue à Plateforme C ?

Oui ! C’était pour prendre des informations (rire). La fois où je suis entrée et restée c’était pour une initiation découpe laser en novembre 2016 car, pendant ma formation en reliure, je m’étais dis que j’allais essayer de voir les croisements possibles. Finalement, passer un jour par semaine sur cette formation et avoir le diplôme était déjà un beau challenge et je ne pouvais pas en plus travailler sur du prototypage, ça aurait été trop lourd.

Du coup j’ai fait cette initiation mais je n’ai pas du tout pratiqué pendant un moment et j’ai refais une initiation découpe laser un an après parce que, évidement, j’avais tout oublié en ne pratiquant pas.

Alors, maintenant que tu as ton diplôme, tu as pu faire du prototypage à Plateforme C ?

Oui ! En novembre 2017 j’ai pris un abonnement un mois et j’ai pu en faire pas mal. Je me suis attardée sur la découpe laser mais on est toujours un peu trop optimiste et je me suis rendu compte assez rapidement que ça allait prendre plus de temps que ce que j’avais prévu. Il faut que je m’y mette avec plus de méthodologie en travaillant matériau par matériau pour tester toutes les possibilités de gravures, de vitesses, de puissances …

Mais ce qui était intéressant c’est que je suis parti par la suite sur des projets beaucoup plus simples comme, par exemple, des petits carnets pour Noël en récupérant des plaques de contreplaqué de Station-Service. J’ai fait deux marchés de Noël durant lesquels j’ai pu vendre ces carnets, et j’ai pu en profiter pour parler avec les personnes que je croisais de Plateforme C, des matériaux, de ce qu’on peut faire avec la découpe laser, etc.

Ça permettait d’expliquer le chemin de création des objets qu’ils avaient directement sous les yeux ?

Oui ! Je trouvais ça intéressant parce que je l’avais fait là-bas [à Plateforme C], c’était donc intéressant d’en parler, et de toute façon c’est imprimé dans le matériau lui-même : c’est brûlé, ça se voit et ça se sent donc le désir de création amène l’idée que l’on puisse expliquer le procédé de création. D’ailleurs, les gens aiment bien acheter des choses mais ils aiment surtout savoir comment ça a été fait.

Pour conclure, quels sont tes projets à Plateforme C ?

Et bien, là, j’aimerais bien y aller tout le temps ! Je vais reprendre un abonnement et, comme je le disais plus haut, travailler de manière un peu plus méthodologique : refaire des tests sur les cartons, les bois. En ce moment, je veux faire de la courbure, je veux que les matériaux soient solides sur les plats du livre [couvertures avant et arrière] et pouvoir faire en sorte que le dos se torde tout en restant solide. C’est là qu’est tout le problème : on doit pouvoir l’ouvrir plusieurs fois sans qu’il ne casse, et en même temps s’il est trop souple les plats seront souple comme du cuir et ça n’est pas l’idée. Je me suis rendu compte que c’était beaucoup de petites problématiques techniques, c’est là où ce n’était pas la bonne méthode que de vouloir les aborder toutes d’un coup, plutôt que par étapes.

Le problème c’est que je me disperse très facilement : on me parle de broderie et j’imagine comment l’utiliser pour recouvrir un livre de tissu avec la brodeuse numérique,. C’est la même chose pour les imprimantes 3D : j’en ai parlé avec l’équipe d’adhérents qui les présentaient à Festival D  et ils m’expliquaient, toujours avec cette dualité souple/rigide, qu’il existe des matériaux plastiques flexibles qui se tordent tout en restant solides que l’ont peut utiliser via une imprimante 3D. Pour résumer, pleins de projets pour 2018 à Plateforme C !

Apéro|projets mars 2018 : le programme

Chaque premier jeudi du mois à 19h, l’apéro|projets est un temps convivial autour d’un verre dédié à la découverte de ce qui se trame au fablab !

L’APÉRO-PROJETS DU JEUDI 01 MARS SE DÉROULERA EXCEPTIONNELLEMENT AU BREIL !

# Un Pas vers la ville
Il fait froid et l’on a envie de rester sous la couette, certes. Mais comment découvrir de nouveaux espaces urbains ? Aude vient présenter ses vidéos artistiques durant lesquelles elle filme ses différentes marches et explorations de la ville. Une façon de découvrir de nouveaux endroits par son regard !
#Ville #explorations #art

# Un outil d’échange en ligne pour la communauté PiNG !
Bien communiquer ne serait-ce pas la clef pour une relation épanouie ? On vous laisse réfléchir à la question jusqu’à la présentation de deux représentants du Conseil d’administration de PiNG d’un outil permettant de faciliter les discussions et les échanges en ligne entre les membres de la communauté !
#CA #outil #échanges

# Jeu de société : Chassé-Croisé
Pierre a pour hobby de créer des jeux de société, après s’être formé à Plateforme C sur les imprimantes 3D il croise ces deux univers pour arriver à un prototype de jeux de société imprimé en 3D. On ne sait pas pour vous, mais nous on a déjà envie de jouer !
#Imprimante3D #jeux #protoype

# Objectif La Lacarde
Récupérer, réutiliser, moins dépenser : Martin présente son projet de mini maison mobile autoconstruite avec des matériaux de récupérations. Le projet avance et arrive le besoin de croiser les compétences en partant à la rencontre d’auto-constructeurs/bidouilleurs/citoyens !
#Petit escargot #porte sur son dos #sa maisonnette